Bloggy Bag

http://brassebouillon.zeblog.com/

Calendrier

« Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 

brasse-bouillon

J'suis instit mais je me soigne ...

Blog

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

Pardon aux familles, tout ça

Par brasse-bouillon :: 16/12/2009 à 21:52

 

 

Bon, autant pour moi, là j'ai vraiment déserté ... Que voulez-vous, dans ma situation, mieux valait se cacher ... dissimuler ... L'opprobre est sur moi, la honte, l'infamie absolue. Mes amis, pardonnez-moi, que dis-je : ABSOLVEZ-MOI ! Brasse-Bouillon fait partie du ... RASED !!!!

 

Et la Santé surtout, hein !

Par brasse-bouillon :: 07/01/2009 à 18:53

 

 

"Maîtresse, Maman elle a dit que tu dois surveiller mon caca s'il est mou, parce que j'ai la gastro. Si ça fait pas ploutch alors ça veut dire que c'est mou".

 

"Et ben mon Papa i' s'est cassé le bras, alors i' fait pipi comme une fille, parce qu' i' peut pas tenir son zizi à 2 mains".

 

 

Dis donc, Brasse-Bouillon, elle est drôlement pipi-caca depuis qu'elle est en Maternelle.

 

C'est pas moi, c'est eux !!!

 

 

 

Pfffffffffffffff

Par brasse-bouillon :: 15/12/2008 à 19:14

 

 

 

25 Octobre ? Alors là, je pue du blog, comme dirait Emy ...

 

 

 

Let's talk about sieste, baby

Par brasse-bouillon :: 25/10/2008 à 20:07

                              

 

                              

 

Oui, parlons-en. J’ai trouvé ce qui est pire que corriger 22 expressions écrites de CM2 : surveiller la sieste quand l’ATSEM est en pause. Une fois les 27 asticots déchaussés, calmés et allongés sur des matelas, on pense que le plus dur est fait, mais là, le supplice commence..

Me voilà assise sur une chaise, dans la pénombre d’un dortoir lugubre, avec un disque genre New Age diffusant des sons apaisants et censés faciliter l’endormissement et la détente. Personnellement, je trouve ça limite anxiogène, et ça aurait plutôt tendance à me donner envie de mettre des mandales dans la tronche à tout ce qui remue. Mais bon. Après tout, c’est moi qui l’ai amené, ce fichu CD, qu’on m’avait offert pour aider ma fille à s’endormir, et dont Dieu merci elle n’a jamais eu besoin.

Bref, me voilà vissée à ma chaise, pieds et poings liés, obligée de me taper l’écoute sirupeuse de ces nappes de sons chinoïsants. Allez, une demi-heure à tenir avant le retour de l’ATSEM. Punaise, c’est long, une demi-heure. Qu’est-ce qu’on va bouffer ce soir ? Pfffff, faut racheter de la lessive. J’observe les 27 petits zigotos qui s’agitent, remuent, se parlent tous seuls.

Gloups. Certains, totalement immobiles, restent une demi-heure les yeux grands ouverts, braqués sur moi, sans même ciller. Hé, mais c’est qu’ils me foutraient les miquettes, ces mômes.

La petite Lisa, c’est l’Exorciste. Sa tête s’agite, son ventre se soulève par saccades incontrôlables. Je m’attends à la voir vomir des trucs tous verts en vociférant : « Ta mère suce des bites en enfeeeeeeeeeeeeeeer !!!  ».

Thomas, c’est plutôt Prison Break. Imperceptiblement, sans avoir l’air d’y toucher, sans qu’aucun de ses membres n’ait l’air de toucher le sol, il arrive à déplacer son matelas, toujours, comme par hasard, en direction de la porte. Doit avoir le plan de l’école tatoué sur le dos, c’est pas possible.

Allez, plus qu’un quart d’heure. Alors, je disais, pour ce soir, pourquoi pas raclette ? Mais .. Mais … Bon sang, c’est quoi, cette odeur ??? Oh, la vache, les chaussettes de Nabila ! C’est au moins classé Seveso, ça. C’est étrange, ils ont l’air de dormir plus profondément que les autres, ses voisins …

Bbbboooooooiiiiiimmmmmmmmmmmmm, ninnnnnnnng, ssssssssssssssss … Hmmmmm, je rêve de me lever, arracher la prise d’un geste sec, fracasser le poste contre un mur, piétiner le CD de mes petits pieds rageurs … Plus que 5 minutes. L’a pas intérêt à être en retard, l’autre … Y’a des minutes qui valent des heures, et si je m’écoutais, je dirais même des heurts …

 

 

Est-ce poussible ?

Par brasse-bouillon :: 21/10/2008 à 19:24

 

 

« Tiens, Brasse-Bouillon, tu feras gaffe, Machin il a des poux ».

« Ouais, OK, pas de probl. … Hein ???!!! Des quoi ??? Des … des …       DES POUX ???? Ah mais non, ça c’est pas possible, ça va pas être possible, pas possible du tout ! »

« Oh, t’affole pas, y’en a déjà 5 ou 6 qui se les sont chopés, et d’ici une semaine, ça aura fait le tour de l’école. Je te préviens, c’est tout, histoire que tu mettes un mot dans les cahiers ».

Un mot dans les cahiers ? Je vais nous chercher la tondeuse, ouais, ça va pas traîner !

Des poux ! Je dois déjà éviter les miasmes et les expectorations de toutes sortes, empêcher les enfants de plonger leurs mimimes dans la cuvette des gogues ou de se moucher dans mon jean, mais là, c’est niet, nein, no way !!! Des poux ! Des poux, songez donc ! Ca existe même chez les p’tits bourges, ça ?! Mais les poux, c’est la honte, l’opprobre, le sceau de l’infamie cloué au pilori de la Place de Grève, la … la chouma, quoi !

 

                                     

 

Des fois je m’dis qu’il a raison, l’autre Gravos : 5 ans d’étude pour vérifier que Bertrand ne s’est pas torché le derrière avec l’essuie-mains collectif, et risquer de se choper de la vermine dans ma précieuse chevelure, y’a comme une couille dans le potage.

Et puis d’un coup je me souviens : 3 comptines, 4 ateliers, 2 coloriages, et la journée est bouclée. J’ai plus qu’à rentrer chez moi et faire des gouzi-gouzi à ma Pucinette, en me réservant juste 2 minutes pour ricaner en songeant au temps où j’avais des CM2 : 5 bulletins d’évaluation par an, avec des vrais morceaux de Calcul, de Résolution de Problèmes, de Géométrie, d’Anglais, d’Histoire, de Géographie, d’EPS, d’Orthographe, de Grammaire, de Conjugaison, d’Expression Écrite (ceux qui n’ont jamais eu à évaluer un travail d’expression écrite, ne PEUVENT pas comprendre), et je ne vous parle même pas de la tartine à beurrer en évaluation du Comportement : soin, respect des règles, autonomie, mémorisation, etc etc etc … Avec des cas de conscience qu’à côté Le choix de Sophie c’est pipo-mollo : mais si je mets B+ en autonomie à Morad, n’est-ce pas foncièrement injuste envers Ilyasse qui a C- ??

Soit. Je m’accommoderai donc de ces quelques … désagréments. Au fait, où mon bonhomme a-t-il rangé la tondeuse ? …

 

 

Dès que le vent tournera, tu t'endormiras ...

Par brasse-bouillon :: 14/10/2008 à 18:27

 

C’est l’heure de la sieste. 27 gosses surexcités à calmer, allonger sur des matelas, endormir. Au bout de 10 minutes de travail acharné, j’obtiens enfin le silence. Un silence d’église, de recueillement, un silence épais, magnifique, c’était presque du Mozart.

Et là, bien sonore, retentissant en trompette dans le dortoir, un énorme prout. 10 minutes d’intenses efforts ruinés en une seconde. Y’a des jours, c’est comme ça, même les vents sont contre vous.

 

                                               

 

 

 

 

 

Le mot du jour

Par brasse-bouillon :: 23/09/2008 à 19:31

 

 

Tranquillement assise dans la cour, sur un banc et sous le soleil de 15h, dégustant à la petite cuillère la substantifique moëlle des 45 minutes de récréation entre la sieste et le goûter, je suis à un orteil de m'avachir malgré ma grande classe, quand, s'interposant entre le soleil et moi, tout faraud, les poings aux hanches, un avorton de Petite Section me lance : "J'ai même pas peur des marmottes !!!".

 

Ah ouais ? Ca, c'est parce qu'on ne t'a pas tout dit, mon p'tit bonhomme. Tu sais même pas de quoi c'est capable, une marmotte. Alors sois gentil : circule.   

 

 

 

        

                                  

 

 

 

 

 

 

La maternelle, c'est bon, mangez-en

Par brasse-bouillon :: 13/09/2008 à 18:49

 

                                                        

 

Les temps changent, et Brasse Bouillon s’embourgeoise. Après des années de ZEP à côtoyer la France-d’en-bas-tout-en-bas, la voilà propulsée dans les beaux quartiers … Ayant brillamment réussi à un très ardu concours de circonstances, j’ai obtenu une maternelle de centre ville, le truc normalement impossible à gratter avant 25 ans de carrière révolus. Je n’en reviens toujours pas de cette chagatte monstrueuse, comme quoi faut toujours tenter : sur un malentendu, ça peut marcher.

Mais voilà-t-il pas que de nouveaux aspects du métier, et pas des moindres, me choient sur le poil. Principalement : la gestion des parents dans un quartier bourgeois. Lorsque j’étais une bleue, fraîchement émoulue de l’loufme, et par conséquent propulsée en ZEP, je m’étais étonnée de trouver des glandeurs si bien implantés dans ces zones réputées difficiles. L’explication en est toute simple : ce n’est pas dans une école fréquentée à 95% par des familles d’origine étrangère et à peine francophones qu’une maman tatillonne va relever que vous n’avez pas effectué tel point du programme, ou s’émouvoir de ce que son fils passe ses journées puni dans le couloir.

Que là, si. Inutile de rétorquer à une maman qui s’encquiert de la programmation exacte en graphisme et motricité fine pour la Moyenne Section, que son neuneu de fils devrait plutôt commencer à tenir son crayon autrement que comme une pelle de jardinage. Inutile. (Euh, «démarche de préhension de l’instrument graphique » , ça te va ?).

Pas la peine non plus d’expliquer à cette autre maman que si sa fille s’est avérée quelque peu décoiffée à l’issue de la journée, c’est qu’il m’a été difficile de veiller à l’agencement capillaire de chacun de mes 28 protégés. Sont marrants, les parents : un de ces quatre, j’en chope un et je lui colle une trentaine de gosses pendant 9 heures, avec comme mission de les faire manger, pisser, dormir, jouer sans s’étriper, laver les mains, et accessoirement réaliser des apprentissages, et attention : sans en perdre un seul, sinon c’est pas du jeu. Et sans dire de gros mots ! Et on verra s’ils font encore les malins après !

Et comment expliquer à cette maman que si en Maternelle les enfants m’appellent par mon prénom, cela ne lui donne pas le droit d’en faire autant, avec dans la voix cette intonation insupportable de « Madame » convoquant ces gens de maison ? A’fait semblant de pas me voir en plus quand je la croise dans le quartier, cette pincée de la fesse.

Allez, autant l’avouer tout de suite, si j’ai demandé une Maternelle, c’est que je me suis honteusement chuchoté à l’oreille que ça donnait sûrement moins de boulot, en préparation, correction, évaluation, etc … Et comme la jeune battante dure à la tâche, acharnée du taf que je fus s’est muée en Môman, je me suis dit sans vergogne qu’il était temps de lever le pied.

Bon. A moi maintenant les « Mamaaaaaaaaaan » du 1er quart d’heure, les fonds de culotte approximatifs, les nez aux chandelles verdâtres dégoulinantes, les 56 chaussures à lacer-délacer-relacer, les petites mains douteuses qui s’agrippent à votre tee-shirt et qu’on peut même pas hurler « Mais tu vas m’ lâcher, demi-portion ?! », les 28 nombrils sur pattes qui n’ont pas encore appris le silence, le partage, l’attente, la consigne, et qu’on peut même pas taper dessus pour qu’ils apprennent plus vite. Naaaaaaaaaaaan, pas taper.

 

 

 

 

Hein ? Du temps ? C'est kooooaaaaaa ???

Par brasse-bouillon :: 16/06/2008 à 23:43

                                         

 

 

 

 

                                            

 

Punaise, et dire qu'il y a des gens qui ont plusieurs enfants ... (Et faut jamais perdre de vue que plusieurs, ça commence à 2). J'ai vraiment la honte : j'en n'ai qu'une, elle est franchement pas chiante, et j'ai l'impression d'être à la ramasse toute la journée ... Je dois être vraiment une brêle, y'a pas d'autre explication ... C'est p'têt pour ça que ma fille se marre tout le temps : elle se fout d'ma gueule, j'vois pas autre chose ...

This is a meeeeeeen's world

Par brasse-bouillon :: 16/05/2008 à 0:07

Alors là, y’a vraiment des trucs qui vont pas dans c’te société. Les lois sont faites par les hommes, pour les hommes, moi j’vous l’dis. Imaginez-vous que je me trouve aujourd’hui dans la scandaleuse et absurde obligation de laisser un bébé de 10 semaines pour retourner bosser, autrement dit m’occuper des enfants des autres ! Alors que :

1. Je l’allaite.

2. Je n’ai aucun mode de garde : les crèches ne prennent pas les enfants de moins de 3 mois, et dans ma ville, il y a une liste d’attente de … 3 ans !!! En général, une place se libère quand l’enfant est en âge de rentrer à l’école.

3. A 10 semaines, c’est inhumain de séparer un enfant de sa mère, bordel !!!

                                                                        

On veut construire une société de névrosés ou quoi ??? Faites des gosses, allaitez-les, mais à 10 semaines, retournez bosser et laissez vos chiards, feignasses de bonnes femmes ! Seul moyen de prolonger un peu son congé : trouver un médecin complaisant qui va accepter de prétendre que vous êtes « déprimée », « asthénique ».

                                                    

 

Sténic, moi ? On croit rêver ! Je viens de donner naissance à une magnifique petite fille en pleine santé, et je suis déprimée ?! Et ben je vais vous dire un truc : moi Brasse-Bouillon, qui ai manqué 3 demi-journées en 8 ans d’une brillante carrière, j’ai dû, la honte au front, me faire établir un certificat de complaisance ! Ma légendaire conscience professionnelle a simplement changé d’objet : mon boulot, aujourd’hui, c’est d’aimer et choyer le bout d’chou que j’ai mis au monde !

Déprimée, moi … Un comble ! Bon, OK, ça fait un an que j’ai dû dire adieu aux apéros et à mes chères Chesteurfildes, ce qui suffirait largement à justifier une grave baisse de sérotonine. Imaginez un peu : jamais de ma vie je n’ai vu passer autant de bouteilles de champagne ! Par caisses il les ramenait, l’heureux pôpa ! Et ben croyez-moi ou pas, j’ai fait le jour de l’An au Champomy !!! L’a intérêt à filer doux, ma progéniture : « Comment ça, tu veux pas finir ta soupe ?! Après tout ce qu’elle a fait pour toi, ta mère-la pôôôôvre !!! Ingrate, va ! ».

 

                                                

Copyright © Bloggy Bag - Blog créé avec ZeBlog